Vous êtes ici : Accueil > Mes Actus > Toutes les actus agricoles bretonnes > Fertilisation des colzas

Fertilisation des colzas

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
forte biomasse colza

Sachant que les colzas sont parfois très développés, que l'automne et l'hiver ont été très pluvieux et les températures hivernales très douces...

Quelle fertilisation azotée sur le colza en bretagne ?

Pour estimer la quantité d'azote à apporter au colza, l'idéal est de mesurer la biomasse produite en sortie d'hiver. Une possibilité est d'utiliser un outil d'aide à la décision, comme MesSatimages par exemple, qui vous fournira une dose moyenne d'azote restant à apporter, et/ou une cartographie de votre parcelle avec la modulation de cette dose.

Une autre méthode est la pesée de biomasse au champ sur quelques placettes de 1 m² : le poids vert de colza coupé à sa base en kg/m² multiplié par 65 donne la quantité d'azote absorbée depuis le semis en kg/ha. La dose d'azote restant à apporter au colza peut être définie grâce à la réglette azote colza.

Avec l'hiver doux de cette année, les colzas sont plutôt bien, voire très bien développés. Ils ont déjà absorbé beaucoup d'azote. Certaines biomasses sont tellement fortes, que les besoins en azote restant à apporter sont très faibles à nuls. Pas besoin d'apporter d'azote sur ces colzas, le peu d'azote qu'ils auraient encore besoin d'absorber sera largement fourni par la minéralisation de l'azote du sol.

Pour des colzas moyens, qui auraient besoin de 50 uN par exemple, cet apport peut être fait à l'aide d'effluents organiques au stade boutons accolés (D1). Pour les colzas chétifs qui auraient besoin d'une dose supérieure à 100 unités, la fractionner en 2 apports : premier apport quand les sols porteront, second apport environ 3 semaines plus tard.

Besoin en soufre des colzas ?

Le colza mobilise environ 150 unités de soufre pour faire son cycle. Une bonne partie est fournie par le sol, en particulier dans les parcelles recevant des apports réguliers d'effluents d'élevage. Cependant, avec le cumul de pluie de cet hiver, certaines parcelles peuvent être carencées. Les feuilles jaunissent et les nervures restent vertes. Dans ce cas, apporter 75 unités de soufre sous forme sulfate assimilable par le colza. A noter que le soufre a pu être lessivé par les pluies automnales et hivernales, mais a sans doute pu être minéralisé en parallèle, du fait des températures très douces de ces 2 saisons.


En ce moment

A lire aussi :

Trois cas d’influenza aviaire hautement pathogènes ont été détectés sur des goélands à Hillion (22). La prudence est de mise.

Faute de débouchés suffisants, l’offre en céréales est excédentaire. La récolte 2024 attendue en baisse pourrait permettre d’assainir le marché.

Les travaux conduits par la station expérimentale d’Auray ont démontré le grand impact que la date de récolte a sur la conservation du potimarron.