Vous êtes ici : Accueil > Mes Actus > Toutes les actus agricoles bretonnes > Le pâturage hivernal en Normandie

Le pâturage hivernal en Normandie

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dans le cadre du projet Winter Pat, 14 éleveurs de la chambre d’agriculture de Bretagne et du Civam Adage ont réalisé un voyage d’étude de 2 jours sur la thématique du pâturage hivernal en Normandie.

Les 3 visites d’exploitation et de la ferme expérimentale de la Blanche Maison ont permis de découvrir de nouvelles pratiques et de s’inspirer des réussites des autres exploitants mais aussi d’échanger entre éleveurs sur les faisabilités de mise en place. Le pâturage hivernal peut se traduire par une diversité de pratique sous plusieurs formes (pâturage tournant, « full grass », « bale grazing ») et avec différents types d’animaux (vaches laitières, vaches taries, génisses).

Les objectifs recherchés

Les éleveurs rencontrés ont exprimé des objectifs similaires, à savoir:

  • valoriser l’herbe présente dans les prairies pendant l’hiver,
  • simplifier le travail par moins de mécanisation et un temps de main d’œuvre limité,
  • enrichir les prairies par la présence des animaux au pâturage.

Ils ont aussi évoqué la volonté d’être performant sur le coût de production en réalisant des économies sur les fourrages distribués.

Des retours d’expériences positifs

Le pâturage tournant par les vaches laitières a montré une réelle satisfaction chez les éleveurs visités. Le temps de présence sur le paddock (quelques heures) avec un temps de retour long permet de minimiser l’impact sur les prairies. De son côté, la technique du « bale grazing » avec soit du foin, soit de l’enrubanné, permet un apport de fertilisant. Elle est généralement destinée aux animaux non productifs (vaches taries, génisses) et sur des parcelles portantes et pauvres en matière organique. Dans une situation, du foin est distribué en petit tas aux vaches laitières en complément du pâturage tournant.  Quelle que soit la pratique retenue sur les prairies pâturées en hiver, les éleveurs constatent peu d’impact sur la saison de pâturage suivante et décrivent des animaux en bonne santé.

Des perspectives d’amélioration

Les visites réalisées pendant ces 2 jours ont été à la fois source d’inspiration et de réflexion pour chacun. Ces nouvelles techniques de pâturage en hiver sont en perpétuelle évolution. Les éleveurs rencontrés ont souligné des améliorations possibles sur les conditions mise en œuvre et de travail. Ces moments d’échange et de partage d’expérience ont été apprécié par tous les participants. Un second voyage d’étude sera prévu en 2025.


Contact :

Stéphane BOULENT - Conseiller production laitière biologique – Tél. : 06 22 53 20 19
Mail : stephane.boulent@remove-this.bretagne.chambagri.fr


 

 


En ce moment

A lire aussi :

Un nouveau cas de Fièvre Porcine Africaine (FPA) a été confirmé ce samedi 15 juin 2024 en Allemagne, sur un sanglier, situé dans le Bas-Rhin. Ce cas...

Trois cas d’influenza aviaire hautement pathogènes ont été détectés sur des goélands à Hillion (22). La prudence est de mise.

Faute de débouchés suffisants, l’offre en céréales est excédentaire. La récolte 2024 attendue en baisse pourrait permettre d’assainir le marché.

Prochains RDV