Reliquats Sortie Hiver Bretagne : Synthèse, Calculette, Intérêt

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le reliquat sortie hiver (RSH) est utilisé dans le calcul de la dose d’azote à apporter aux cultures. Il s’agit de la quantité d’azote minéral présent dans le sol en sortie d’hiver. Il est estimé à partir d’une analyse au laboratoire réalisé sur un échantillon de sol de la parcelle. Chaque année, la Chambre d’agriculture de Bretagne publie une estimation des RSH en fonction des pratiques culturales, de la profondeur du sol et de la météo de l’hiver.


Consulter les RSH Bretagne

RSH Céréales et Colza

RSH Cultures de Printemps

RSH Légumes

A quoi sert le reliquat sortie hiver ?

Le reliquat sortie hiver (RSH) est la quantité d’azote minéral présent dans le sol. Cet azote peut être valorisé par la culture dès la sortie d’hiver ou plus tard dans son cycle cultural en fonction du type de culture et de la profondeur à laquelle l’azote est présent. Le RSH est utilisé dans le calcul de la dose d’azote à apporter aux cultures et apparait dans le plan prévisionnel de fumure (PPF).

Qu’est ce qui fait varier le RSH ?

Le RSH dépend notamment de la météo de l’hiver, de la profondeur du sol et des pratiques culturales.

La météo de l’hiver

Les pluies hivernales vont définir le niveau de drainage et donc la quantité d’azote lixiviée au cours de l’hiver. Si les pluies et le drainage sont importants (> 600 mm de pluie et > 400 mm de drainage), une grande partie de l’azote disponible dans le sol en début d’hiver aura lixiviée et ne sera donc plus disponible pour les cultures.

Lorsque l’hiver est doux, il peut y avoir de la minéralisation. Cet azote minéralisé au cours de l’hiver sera principalement présent dans le 1er horizon de sol (0-30 cm) et pourra être valorisé par les cultures dès la reprise de la végétation.

Le RSH va donc dépendre des conditions météo de l’hiver, notamment de l’intensité et la fréquence des pluies et des températures. D’un endroit à l’autre de la région, les conditions météo hivernales peuvent être bien différentes et on peut donc observer une variabilité du RSH.

Globalement, plus l’hiver est pluvieux et froid et moins les reliquats seront élevés en sortie d’hiver, et plus il est sec et doux et plus les RSH seront importants.

La profondeur du sol

Le RSH est habituellement mesuré sur 90 cm de profondeur. Dans certaines parcelles, les sols sont moins épais et atteignent parfois à peine 40 ou 60 cm de profondeur. Il est donc important de considérer l’épaisseur du sol pour définir la valeur de RSH. En effet, en fonction des conditions hivernales, l’azote peut être descendu dans le profil de sol mais être encore présent entre 60 et 90 cm de profondeur. Il pourra alors être valorisé par les cultures dès que les racines auront atteint cette profondeur. Si le sol est peu épais (< 60 cm), cet azote sera perdu.

Actuellement, il n’existe pas encore de carte suffisamment précise pour connaître la profondeur de sol à la parcelle. La profondeur du sol peut être déterminée par un sondage à la tarière dans la parcelle. Les racines peuvent généralement descendre profondément dans les sols (> 100 cm pour le blé et le maïs en fin de croissance par exemple) et donc prélever l’eau et les nutriments dont elles ont besoin.

Les pratiques culturales

Les pratiques culturales influencent le reliquat d’azote présent dans le sol à l’automne ainsi que le potentiel de minéralisation du sol.

Lorsque les pluies hivernales ne sont pas très élevées, l’azote minéral du sol est seulement partiellement lixivié. La quantité d’azote restante en sortie d’hiver dépend donc de l’azote disponible à l’automne et par conséquent des pratiques culturales (culture, rotation, apports organiques, …) et de la météo de l’année (périodes de sécheresse, pluies, température, …).

Les pratiques culturales jouent un rôle dans le potentiel de minéralisation des sols. En effet, diverses pratiques vont contribuer à nourrir le sol et ses microorganismes, comme par exemple la présence de prairies pâturées, les apports organiques fréquents, l’enfouissement des résidus de culture, etc. L’activité biologique du sol, telle que la minéralisation, sera donc favorisée par ces pratiques. En Bretagne, l’activité biologique du sol ralenti l’hiver mais se poursuit toute l’année. Il y a donc de la minéralisation sur la période hivernale qui dépend de la météo et du potentiel de minéralisation de la parcelle. Cette minéralisation fait varier le RSH.

Comment mesurer le RSH ?

Le RSH se mesure en sortie d’hiver, c.à.d. généralement fin janvier - début février pour les céréales d’hiver et début mars pour le maïs. Ces périodes correspondent à l’ouverture du bilan pour le calcul de dose à apporter aux cultures.

Pour mesurer le RSH, il faut tout d’abord prélever un échantillon de sol à la tarière en séparant bien chaque horizon de sol, habituellement tous les 30 cm. Une attention particulière doit être apportée pour ne pas mélanger la terre des différents horizons de sol lors du prélèvement, car cela pourrait fausser la valeur du RSH. Les échantillons prélevés doivent ensuite être envoyés rapidement au laboratoire, dans un sac isotherme avec un pain de glace pour éviter la minéralisation et donc que les teneurs en azote n’évoluent.

Si vous souhaitez faire faire une analyse de reliquat dans vos parcelles, les laboratoires proposent généralement de réaliser le prélèvement et l’analyse de la teneur en azote, ce qui simplifie la logistique et assure une bonne gestion des échantillons. Il est toutefois recommandé d’accompagner les préleveurs pour leur indiquer les zones de stockage de fumier, etc. afin que le prélèvement soit représentatif de la parcelle et que le résultat d’analyse ne soit pas faussé par l’effet d’une zone particulière.

Dans le cadre d’une prestation telle que la réalisation du Plan Prévisionnel de Fumure, vous pouvez demander à votre conseiller de commander une mesure de RSH au laboratoire.

Des synthèses RSH bretonnes basées sur un réseau de mesures

Un réseau de mesure est mis en place chaque année par la Chambre d’agriculture de Bretagne pour établir une estimation du RSH à partir des pratiques culturales, de la profondeur de sol et de la météo de l’hiver.

  1. Calibration du modèle Syst’N® : un réseau de plus de 25 parcelles est établi chaque année pour différentes situations culturales et secteurs climatiques sur la région. Ces parcelles sont utilisées pour étudier l’évolution des reliquats au cours de l’hiver et calibrer le modèle Syst’N® d’estimation des flux d’azote dans les systèmes de culture.
  2. Simulation des flux d’azote : avec l’outil Syst’N®, les flux d’azote sont simulés pour différentes situations culturales à partir des données météo de plus de 30 stations réparties sur la Bretagne. Ces résultats permettent de définir les valeurs de RSH en fonction des pratiques culturales, de la lame drainante et donc de la pluie. Combinées à une carte des pluies hivernales de Météo France, ces données permettent de réaliser le zonage de la région pour les RSH de l’année.
  3. Validation par mesure terrain : un réseau indépendant de mesure de RSH sur plus de 100 parcelles permet de confirmer et ajuster les valeurs de RSH pour la synthèse de l’année.
  4. Publication de la synthèse régionale : les résultats des mesures et simulations de RSH sont analysés en fonction des pratiques culturales, des profondeurs de sol et des zones de pluies hivernales afin de proposer une synthèse RSH pour la région.

Les synthèses régionales de RSH sont publiées chaque année :

  • fin février pour les céréales d’hiver et le colza d’hiver ;
  • mi-mars pour le maïs et les cultures de printemps.

Les valeurs de ces synthèses sont à utiliser dans le plan prévisionnel de fumure lorsqu’il n’y a pas d’analyse de RSH à la parcelle.

Notre référente est à votre écoute :

Laure BEFF - Chargée d’études sols et fertilisation - 06 22 53 20 87 - Laure.beff@remove-this.bretagne.chambagri.fr


Formations sur la conduite des cultures :

Tracteur en train de travailler le sol

"Je souhaite me lancer en Agriculture de Conservation, cette formation va me permettre de connaitre les grands principes des ces techniques et leurs...

Un homme avec sa brouette dans un verger

"Je souhaite connaître les enjeux d'une conduite de culture de thé réussie"

Une femme en chemise à carreaux manipule des outils.

Cette formation « perfectionnement » est destinée aux personnes sachant déjà souder à l’arc et souhaitant aller vers les autres types de soudures...